Agenda Du Vin

Edition du 09/08/2016
 

CHATEAU DOYAC

Sommet

Château DOYAC

“Ma philosophie, précise Max de Pourtalès, est ne pas faire de vins trop boisés comme le monde entier sait le faire... mais, au contraire, d’obtenir des vins fins et élégants. Cela n’empêche pas d’avoir de la matière, mais il faut respecter l’équilibre et la fraîcheur, enfin tout ce qui caractérise les grands vins de Bordeaux...


À l’origine, je travaillais sur les marchés financiers en Allemagne, puis en France dans une banque privée, nous raconte Max de Pourtalès. Ma femme pensait épouser un banquier et trois mois après notre mariage, nous sommes venus vivre dans le bordelais. La banque allemande pour laquelle je travaillais fermait son agence à Paris, le mari de ma mère m’a proposé de venir travailler avec lui à Bordeaux. Dans la famille, nous avons toujours eu des caves et de belles bouteilles, je suis un vrai passionné, et n’ai pas hésité à 30 ans à quitter Paris pour apprendre le métier du vin et vivre à la campagne. J’ai donc fait mes premières armes au Château de Malleret où j’ai appris le métier, repris des études de viticulture pour parfaire ma formation. Nous avons acheté la propriété en 1992 car Château Doyac avait un très joli terroir argilo-calcaire, et c’est ce qui m’a plu d’emblée. Le vignoble compte 34 ha plantés (80% Merlot et 20% Cabernet-Sauvignon). Sur ce type de sol, le Merlot convient très bien. J’adore les vins de la Rive droite donc j’ai plutôt envie de faire un vin chaleureux plutôt qu’un Médoc trop fermé. Cela correspond à mon goût ! Je privilégie le fruit, la fraîcheur, un vin facile à boire assez jeune sans avoir à attendre 10 ans avant de l’apprécier. Nous avons entrepris de rénover les vignes et les bâtiments en construisant des chais parfaitement adaptés et suffisaient spacieux pour travailler dans les meilleures conditions. Nous avons des cuves inox thermorégulées, vinifions avec les conseils de Éric Boissenot, un super œnologue, avec qui je partage la même compréhension du vin. Nous menons le vignoble en lutte raisonnée avec des engrais bio.?Mon épouse Astrid travaille avec moi. Elle faisait du théâtre à New-York, adore vivre à la campagne, et nous ne sommes qu’à une heure de Bordeaux et tout près de la mer. Pour la qualité de vie et m’adonner à mes autres passions, le surf et le polo, c’est parfait. Nous poursuivons toujours notre politique d’amélioration de la qualité sur nos 30 ha. Nous avons construit un nouveau chai de 400 m2 qui accueille 360 barriques, opérationnel pour accueillir le 2011. Nous renouvelons les barriques tous les 3 ans afin d’avoir 75% du vin élevé en barriques et peut-être arriver à 100% de bois neuf en fonction des millésimes. Nous sélectionnons des barriques en chêne français avec des tonneliers attitrés, privilégions la chauffe moyenne car je n’aime pas trop les arômes torréfiés et toastés dans les vins, cela les dénature, j’essaye de préserver le fruit, le bois ne doit être qu’un agent révélateur d’arômes. Avec Éric Boissenot, nous sommes sur la même longueur d’onde, œuvrons de concert, pour la qualité. Nous sommes très attachés à tout ce qui caractérise les vins de Bordeaux par rapport au monde entier. Mon terroir donne une typicité que l’on ne retrouve que dans le Médoc et c’est ce qui en fait le charme : ces sols calcaires et un encépagement bien adapté, 70% Merlot et 30% Cabernets, donnent des vins très concentrés et assez souples, très charmeurs, aux arômes de fruits persistants. Le 2010 est sans doute le millésime que j’ai le mieux réussi depuis le début de mon installation. Aussi bien en concentration, qu’en structure, en fraîcheur et en finesse. Le 2010, qui a bénéficié d’un élevage de 30% en barriques neuves, présente une couleur très foncée, encore plus soutenue que le 2009. La trame des tanins est très serrée. Nous avons battu des records d’IPT (indices de polyphénols totaux), de 85 pour des Merlots, ce qui est rare. La très belle vendange était homogène aussi bien pour le Merlot que le Cabernet-Sauvignon. Nous avons commencé les vendanges le 5 octobre pour les terminer le 20. Les rendements étaient plus faibles qu’en 2009. Les deux millésimes étant assez similaires, ce qui les différencie, c’est une plus grande acidité dans le 2010. Les rendements sont un peu plus faibles, les baies étaient petites donc nous avons obtenu un rapport peau-jus très faible. Nous avons récolté de tous petits raisins avec des peaux épaisses, nous n’avons fait aucune saignée en cuves, c’était parfait. Beaucoup de matière donne un vin volumineux en bouche, de très belle garde. Le 2010 est vraiment un vin extraordinaire, et le 2011, est dans la même lignée, ce qui est très encourageant. Notre terroir s’exprime de mieux en mieux chaque année. Depuis que nous avons repris en 1998, nous avons dû replanter en plus grande densité à l’hectare et nous choisissons les meilleurs porte-greffes. L’âge moyen du vignoble est de 18 ans et chaque année nous améliorons la qualité des vins grâce à cela. En 2011, nous avons attendu fin septembre pour vendanger à parfaite maturité et cela a été un élément clé. Nous avons réussi à maîtriser la vigueur de la plante, grâce à un travail en amont. Les raisins étaient d’un état sanitaire parfait, bien mûrs. Le 2011 est l’année du Cabernet-Sauvignon, les raisins magnifiques apportent de la structure au vin qui a une belle couleur, et se rapproche du 2010, mais avec un degré d’alcool moins important. En 2010, nous étions à 14,5°, en 2011 nous obtenons 13,5°, ce qui est plus équilibré et classique pour un vin du Médoc. Le 2011 est un millésime idéal en restauration, agréable à déguster dans sa jeunesse, avant le 2010. Pour moi, l’élevage représente 50% de la réussite du vin. Nous prenons les meilleures cuves pour élaborer Château Doyac élevé 12 mois en barriques. Esprit de Doyac, le deuxième vin est très charmeur avec 100% de Merlot. Il est élevé en cuves, un peu moins structuré, plus gourmand, plus rapide à boire, d’un excellent rapport qualité-prix. Je poursuis ma démarche qualitative. Nous avons fait énormément de travaux au niveau de la vigne et récoltons les fruits de nos efforts, le vin devient meilleur millésime après millésime, c’est un challenge particulièrement gratifiant pour nous.”

   

CHATEAU DOYAC

Max et Astrid de Pourtalès

33180 Saint-Seurin-de-Cadourne
Téléphone : 05 56 59 34 49
Télécopie : 05 56 59 74 82
Email : chateau.doyac@wanadoo.fr





> Le palmares des vins


CLASSEMENT SAUTERNES ET LIQUOREUX
e_sauternes.jpg
LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence dans l'année en fonction des dernières dégustations (derniers ou anciens millésimes, coups de cœur, déceptions...) et peuvent donc être différents de ceux du Guide "papier", qui ne peut être remis à jour avant la prochaine édition

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
YQUEM (Hors Classe)
RAYMOND-LAFON
GUIRAUD
LOUPIAC GAUDIET (Loupiac)
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
FILHOT
CAILLOU
LA TOUR BLANCHE
BASTOR-LAMONTAGNE
HAUT-BERGERON
MALLE



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
ANNA
BON
Clos JEAN (Loupiac)*
CLOSIOT (B)
DOISY-VEDRINES
LAMOTHE GUIGNARD
RABAUD-PROMIS
(COUTET (B))
SIGALAS-RABAUD
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
BEL AIR (Sainte-Croix-du-Mont)*
(CLIMENS (B)*)
LAMOTHE-DESPUJOLS
LARIBOTTE
ROLLAND
LAFON
VALGUY



TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
(CROS (Loupiac))
(LA GARENNE)
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
(ARROUCATS (Sainte-Croix-du-Mont))
ROUSSEAU

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

> Nos coups de cœur de la semaine

Château BELLEGRAVE


Cette propriété de 8,5 ha, sur un plateau de graves fines, 75% Merlot et 25% Cabernet franc, appartient à la famille Bouldy de père en fils depuis plusieurs générations. Aurélie, la fille, travaille sur le domaine depuis deux ans (bureau, expédition), et Baptiste, le fils, depuis Août 2015 (vigne, chais et commerce). “Le millésime 2013 a produit une petite récolte, nous précise Jean-Marie Bouldy, coulure puis grêle, mais un vin acceptable qui sera mis en bouteilles en avril. En 2014 : la quantité est là, l'été moyen a été relevé par le mois de Septem- bre, d'où un bon millésime, fruité, une belle acidité, des degrés suffisants : 13° et un Ph à 3,5. Nos vins à la vente : les 2009, 2010, 2011, 2012, 2013. Nous sommes en Bio depuis 2001.” Belle réussite avec ce Pomerol 2013, très “sur le fruit”, où dominent des notes de cassis, de griotte et d’épices, un vin savoureux. Remarquable 2012, tout en bouche, avec des nuances de cuir et de griotte confite, un vin gras et corsé, ferme et persistant, de très bonne évolution. Le 2011 dégage un nez riche et subtil dominé par les petits fruits rouges cuits, un vin tout en harmonie, structuré, généreux, très aromatique, avec des tanins mûrs. Le 2010 est l’une des plus belles réussites du Château, de couleur grenat profond, un grand vin très équilibré, au nez comme en bouche, avec des nuances de groseille, de cassis et de truffe, avec des tanins riches, à la fois puissants et savoureux. Remarquable 2009, charnu et charpenté, de bouche ample, au nez complexe (cuir, mûre, poivre), tout en puissance et finesse, un vin de belle couleur, très prometteur. Le 2008, où se mêlent la griotte et l’humus, est un vin clas- sique comme nous les aimons, intense, de très bonne charpente, de belle matière où se déve- loppent des notes prononcées et persistantes de petits fruits noirs. Le 2007 se goûte très bien, aux nuances de cerise noire et de poivre, de belle structure, un vin bien charnu et bien typé. Le 2006, au nez à la fois intense et subtil où s’entremêlent la griotte mûre et une touche épicée bien caractéristique, est bien corsé et persistant au palais.

Jean-Marie et Pascal Bouldy

33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 20 47
Télécopie :05 57 51 23 14
Email : chateaubellegrave@wanadoo.fr
Site personnel : www.chateaubellegravepomerol.com

Château CROZE de PYS


“En 1773, raconte-t-on, Joseph Roche cultivait des vignes d'Auxerrois à Saint Médard Catus lieu-dit “Causse de Cahors”. C'était l'âge d'or du Cahors, le vignoble atteignait 4000 ha. Le Lot, qui était navigable à cette époque, permettait aux gabarres de transporter les fûts jusqu'à Bordeaux d'où ils partaient pour l'Angleterre. En 1877, Auguste Roche vit toutes ses vignes complètement détruites par le Phylloxéra. Pour beaucoup de vignerons ce fut l'exode mais il décida de rester. Son fils Emest, marié à une fille de vigneron de Crayssac, décida de replanter de l'Auxerrois greffé sur un porte greffe américain résistant aux parasites, mais un malheur n'arrivant jamais seul, en 1956 les grandes gelées prirent le relais et détruisirent à leur tour de nombreuses parcelles. René ne se découragea pas et décida de reprendre en 1966 un vignoble abandonné situé sur la commune de Viré-sur-Lot : le Château Croze de Pys. Il va replanter Auxerrois, Merlot et Tannat. Sur ce terrain constitué d'une épaisse couche de gravier et de sable l'auxerrois va très vite exprimer le meilleur de lui-même. Oenologue de Bordeaux et après avoir dirigé pendant plusieurs années une entreprise vinicole, Jean décide en 1987 de poursuivre l'action de ses ancêtres et de développer le domaine.” Le vignoble, depuis janvier 2002, s'est engagé dans une démarche de certification dans le cadre du Référentiel QUALENVI (QUALité, ENvironnement, Vigneron, Indépendant). “Le terroir, précise Jean Roche, se caractérise par une association d'alluvions anciennes et modernes : les alluvions anciennes de la vallée ont été arrachées par le Lot au socle primaire du massif central; elles sont faites de galets de quartz et de sable ferrugineux mêlés d'argile mais surtout de silice, dont on sait l'influence sur la finesse du vin. Elles sont souvent recouvertes d'éboulis du Causse et sont accumulées en monticules qui forment des terrasses et des coteaux allongés, toujours bien drainants et le plus souvent exposés au sud. Les alluvions modernes plus près de la rivière restent très favorables à la vigne, car le limon de surface recouvre une épaisse couche de graviers et de sable.” Pour François Drougard, “ce 2015 est un millésime excellent mais inférieur à 2014. Ce vin a bénéficié d'une météorologie clémente, tanins bien maîtrisés, beaux volumes, fermentation malolactique parfaite, un vin facile nécessitant fort peu la main de l'homme. Millésimes à la vente en 2016 : peu de 2011, 2012 et 2014. Médaille d'Or pour le Prestige 2012 aux Vignerons Indépendants en 2015, Prix des Vinalies pour le Tradition 2014, et, A Mille et une Dégustation, 1 Etoile pour le Tradition 2012 et 2 pour le Prestige 2011. Nous sortons une nouvelle cuvée L’Ephémère pour 2016 en rouge, à base de 100% Merlot, ce vin est le résultat du travail effectué sur 1/2 hectare sur un seul cépage défini qui changera chaque année (d'où son nom), ainsi le vin ne sera jamais le même…” Remarquable Cahors cuvée Révélation 2011, pur Malbec, raisins issus de sélection parcellaire dont le rendement est limité à 35 hl/ha, vendange égrappée, vinification en cuves Inox thermorégulées, élevage 12 mois en fûts de chêne neufs, un vin avec une structure dense, très équilibré, au nez complexe où prédominent le cassis et le cuir, aux tanins bien fondus, ample et franc, charnu, tout en bouche.  Le Cahors Prestige 2012, où se mêlent la truffe, le cassis et la cannelle, bien équilibré avec ses tanins denses et savoureux, un vin d’une belle harmonie, de couleur profonde, de très belle garde. Le Cahors Tradition 2014  au nez de petits fruits cuits, allie puissance, typicité et souplesse, un vin de robe grenat soutenu, très aromatique en bouche, classique.

Scea des Domaines Roche

46700 Viré-sur-Lot
Téléphone :05 65 21 30 13
Email : chateau-croze-de-pys@wanadoo.fr
Site personnel : www.chateaucrozedepys.com

Château LATOUR LAGUENS


C’est au XVIe siècle que fut construit le Château Latour-Laguens, propriété du roi Henri IV. Depuis cette époque et jusqu’à nos jours, on y produit du vin sans discontinuer. Le vignoble s’étend sur 30 Ha de terrain argilo calcaire, le long de coteaux vallonnés. Bien que majoritairement planté de Merlot, le Cabernet-Sauvignon fait systématiquement partie de l’assemblage final, en attendant la première production de Carménère en 2014.Latour Laguens produit également du blanc à partir des quatre cépages : Muscadelle, Sauvignon, Sémillon et Merlot Blanc. Les plus vieilles vignes ont 40 ans, mais un tiers du vignoble a été arraché et replanté depuis 2008 dans un souci qualitatif. Le cuvier, entièrement rénové, fait la part belle aux cuves Inox thermo régulées. Les grands vins sont élevés 14 mois en barriques de chêne de haute futaie fournies par les meilleurs tonneliers français. Nombreuses récompenses aux concours internationaux. Le tout explique ce Bordeaux Supérieur cuvée Réserve 2014, de couleur intense, qui allie en bouche rondeur et puissance, une très bonne structure et des arômes de fruits cuits et d’épices en finale. Le Bordeaux Supérieur 2014, de bouche classique, de charpente soutenue, ferme et persistant, est parfumé, avec ses tanins ronds et puissants à la fois.



33540 Saint Martin du Puy
Téléphone :05 56 71 53 15
Télécopie :09 57 05 56 16
Email : contact@latour-laguens.com
Site personnel : www.latour-laguens.com

CHAMPAGNE GOSSET


La continuité familiale prime ici. Aujourd’hui, Jean-Pierre Cointreau, par ailleurs président du Syndicat national des producteurs de liqueurs, assume ses fonctions au sein des différentes entités du Groupe familial et entend mener un développement pérenne de ces deux sociétés, Champagne Gosset et Cognac Frapin. Pour l’histoire, le Champagne Gosset, la plus ancienne Maison des Vins de la Champagne : Ay 1584, a été acquise par le groupe familial Renaud-Cointreau (Domaine Frapin, à Cognac) en 1993. Côté anecdote, soulignons que la pratique traditionnelle du bouchage liège et agrafage est maintenue sur certains gros flacons, au cours du vieillissement sur lattes. Le “style Gosset” est donc propre à un art de vivre qui, depuis plus de 4 siècles, s’est transmis de génération en génération, alliant un solide bon sens à l’élégance du cœur et de l’esprit. C’est un style issu d’un terroir exceptionnel de calcaire friable favorisant le développement optimal de la vigne et d’un savoir-faire à nul autre pareil. Jean-Pierre Mareigner, chef de Cave avec la même équipe de production depuis des années, pérennise ainsi le savoir-faire et le style de Gosset. Maison dynamique, résolument tournée vers le futur. La création, en 1995, de la cuvée de prestige Gosset Celebris aura été le point d’orgue de cette volonté d’améliorer la qualité de façon spectaculaire. Considérée comme un rendu à l’histoire et aux diverses générations de la famille Gosset et composée exclusivement de Grands Crus de Chardonnay de la Côte des Blancs et de Pinot noir de la Montagne de Reims, et de la Grande Vallée de la Marne (Aÿ), cette cuvée est le fleuron de la maison. Superbe gamme « Extra », qui révèle la vérité du vin dans toute sa splendeur grâce au dosage Extra Brut, l’interprétation parfaite du savoir-faire ancestral de la maison. Vous aimerez aussi L’Extra rosé 2007, d'un rose limpide et lumineux, très aromatique avec des notes de fraise des bois, de framboise et de mûre sauvage, délicatement mêlées à la rose et à la violette, de structure vive d'une grande finesse, ample et persistant en bouche, un magnifique rosé, une belle expression de ce beau millésime. Il y a ce Gosset Celebris Vintage Extra Brut 2002, avec ces nuances de fruits compotés, de sous-bois et de pêche jaune, est très harmonieuse, charpentée, dominée par des notes légèrement épicées, d’une longue persistance aromatique.

Jean-Pierre Cointreau
69, rue Jules Blondeau - BP 7
51160 Ay
Téléphone :03 26 56 99 56
Télécopie :03 26 51 55 88
Email : champagne-gosset@vinsdusiecle.com
Site : champagne-gosset
Site personnel : www.champagne-gosset.com


> Nos dégustations de la semaine

FLEURY-GILLE


Une exploitation familiale et artisanale de 8 ha, située entre rivière et coteaux, dans la vallée de la Marne. Christine et Bertrand Fleury, descendants d’une longue lignée de vignerons (Pierre-Louis Fleury, l’était déjà dans le village de Trélou en 1842) perpétuent ainsi la tradition, tout en y apportant leur personnalité et une touche de modernité dans la commercialisation. Adhérente aux vignerons Indépendants de France (gage d’authenticité et de savoir faire), la famille Fleury propose aussi d’entrer, le temps d’une journée, dans l’univers du vigneron champenois, en participant aux ateliers “autour du Champagne” à la Maison Vigneronne : un cadre idéal pour apprendre de façon ludique l’art de la dégustation.”
Voilà une belle initiative, et on se fait donc plaisir avec leur Champagne cuvée Pierre Louis millésime brut 2006, tout en arômes, de bouche distinguée où dominent les fruits secs et la pomme, de mousse intense, un Champagne associant puissance, élégance et persistance. Beau Champagne Absolu ultra brut, une cuvée d’une belle harmonie, qui développe des arômes de citron et d’amande, avec cette bouche intense, d’une très belle expression au palais. Le brut cuvée Bulles de l’Ovalie, avec des dominantes d’abricot et de tilleul, où s’associent rondeur et distinction, est à la fois fin et bien charpenté, d’une belle finale. Le brut Millésime 2002 est toujours particulièrement séduisant, une grande cuvée où l’on retrouve des nuances de raisin mûr et de noix, de bouche vive, fine et complexe avec des saveurs d’agrumes frais.
Il y a aussi ce Champagne brut rosé, de jolie mousse, tendre et suave comme il se doit, qui dégage des nuances de fraise et d’épices), et le Champagne Carte d’Or brut, avec des connotations de fleurs et de pain grillé, de mousse fine, florale, crémeuse, d’une belle ampleur au palais, à déboucher sur une terrine de poissons.
Goûtez le brut Grande Réserve, élaboré à partir des trois cépages champenois, aux nuances délicates de noix et de petites fleurs fraîches, très persistant, qui mêle élégance et vinosité, de jolie mousse.

Christine et Bertrand Fleury

Domaine MARTIN


Un vignoble familial depuis 1905, qui comptent aujourd’hui 67 ha. C’est la 4e génération qui est au commande et qui cultive et vinifie dans le respect de l’environnement et dans l’esprit des traditions de leurs ancêtres qui élevaient leurs vins dans de vieux foudres de chêne.
Le CDR-Village Rasteau Les Sommets de Rasteau rouge 2012, 55% Grenache, 45% Syrah, vignes de 45 ans en moyenne vieillissement 34 mois en foudres de chêne, de belle robe grenat, de couleur intense, généreux, aux arômes de griotte et d’épices, aux tanins très équilibrés, savoureux et denses (11,60 €). Excellent CDR-Villages Plan de Dieu rouge Sélection Prestige Vieilles vignes 2012, 50% Grenache et 50% Syrah, vignes de 55 ans en moyenne, vieillissement 34 mois en foudres de chêne, au bouquet complexe, harmonieux, avec ses senteurs de fruits rouges surmûris (prune, groseille) et de violette, bien charpenté (10,50 €). Le CDR blanc 2014, 40% Viognier, 40% Grenache et 20% Bourboulenc, vignes de 20 ans en moyenne, vieillissement 3 mois minimum en cuves émaillées, est un vin aux nuances de pomme et de fruits secs, de bouche ronde, mêlant finesse et persistance (7 €).

David et Éric Martin
Plan de Dieu
84850 Travaillan
Tél. : 04 90 37 23 20 et 06 16 01 65 60
Fax : 04 90 37 78 87
Email : martin@domaine-martin.com
www.domaine-martin.com

Voir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

CLOS CENTEILLES


Patricia Domergue est à la tête de ce domaine, mené dans le respect des sols et de la vigne. 

Coup de cœur pour ce Minervois La Livinière Clos Centeilles 2007, parts égales de Mourvèdre, Grenache noir et Syrah, éraflage total, cuvaison en cuve ouverte, macération de 4 semaines, les différents cépages sont mariés à la cuve et non assemblés après coup, élevage en cuves acier émaillé, une partie séjourne de 10 à 12 mois en barriques de plusieurs vins. Un vin d’une belle couleur grenat pourpre, aux notes de sous-bois, de poivre et de mûre, alliant structure et charnu, corsé et bien épicé en bouche.
Le Minervois rouge C de Centeilles 2009, provenant de cépages quasiment inconnus (Picquepoul noir, Rivereinc, Morastel...), possède bien entendu une spécificité propre, à servir légèrement frais sur les terrines du pays. Le Minervois Capitelle de Centeilles 2005 (sous ce nom générique sont élaborées, en quantité limitées, certaines cuvées fortement personnalisées par leur terroir d’origine), est une cuvée pur Cinsault, un vin avec une charpente harmonieuse, aux notes discrètes de sous-bois et de pruneau, mêlant richesse et ampleur.
Goûtez le Minervois rouge Campagne de Centeilles 2010, avec ce nez de prune et de kirsch très spécifique, de couleur profonde, un vin riche et parfumé, de bouche fondue et puissante à la fois, de très belle évolution. 

Dans la lignée, le Minervois La Livinière rouge Clos Centeilles 2009, structuré, puissant, aux arômes subtils de petits fruits rouges mûrs à noyau, avec des tanins soyeux, un vin concentré, tout en distinction, le Minervois rouge Campagne de Centeilles 2010, de robe violacée, au nez légèrement poivré avec des notes gourmandes de cacao et de myrtille, à apprécier sur un magret de canard aux baies sauvages. Il y a aussi ce VDP Minervois rouge Carignanissime de Centeilles 2010, avec des tanins veloutés, avec cette couleur profonde, au nez de fruits cuits, est un vin qui emplit bien la bouche. Gîte et chambre d’hôtes.

Patricia Boyer-Domergue

> Les précédentes éditions

Edition du 02/08/2016
Edition du 26/07/2016
Edition du 19/07/2016
Edition du 12/07/2016
Edition du 05/07/2016
Edition du 28/06/2016
Edition du 21/06/2016
Edition du 14/06/2016
Edition du 07/06/2016
Edition du 31/05/2016
Edition du 24/05/2016
Edition du 17/05/2016
Edition du 10/05/2016
Edition du 03/05/2016
Edition du 26/04/2016
Edition du 19/04/2016
Edition du 12/04/2016
Edition du 05/04/2016
Edition du 29/03/2016
Edition du 22/03/2016
Edition du 15/03/2016
Edition du 08/03/2016
Edition du 01/03/2016
Edition du 23/02/2016
Edition du 16/02/2016
Edition du 09/02/2016
Edition du 02/02/2016
Edition du 26/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 12/01/2016
Edition du 05/01/2016
Edition du 29/12/2015
Edition du 22/12/2015
Edition du 15/12/2015
Edition du 08/12/2015
Edition du 01/12/2015
Edition du 24/11/2015
Edition du 17/11/2015
Edition du 10/11/2015
Edition du 03/11/2015
Edition du 27/10/2015
Edition du 20/10/2015
Edition du 13/10/2015
Edition du 06/10/2015
Edition du 29/09/2015
Edition du 22/09/2015
Edition du 15/09/2015
Edition du 08/09/2015
Edition du 01/09/2015
Edition du 25/08/2015
Edition du 18/08/2015
Edition du 11/08/2015
Edition du 04/08/2015
Edition du 28/07/2015
Edition du 21/07/2015
Edition du 14/07/2015
Edition du 07/07/2015
Edition du 30/06/2015
Edition du 23/06/2015
Edition du 16/06/2015
Edition du 09/06/2015
Edition du 02/06/2015
Edition du 26/05/2015
Edition du 19/05/2015
Edition du 12/05/2015
Edition du 05/05/2015
Edition du 28/04/2015
Edition du 21/04/2015
Edition du 14/04/2015
Edition du 07/04/2015
Edition du 31/03/2015
Edition du 24/03/2015
Edition du 17/03/2015
Edition du 10/03/2015
Edition du 03/03/2015
Edition du 24/02/2015
Edition du 20/02/2015
Edition du 01/10/2013
Edition du 24/09/2013

 



POL ROGER


Château La GALIANE


Domaine de la CASA BLANCA


Château LUCHEY-HALDE


Denis FORTIN


Domaine COQUARD-LOISON-FLEUROT


Château REDORTIER


BRIXON-COQUILLARD


Maurice VESSELLE


Domaine DENUZILLER


Château CLOS de SARPE


Château CROZE de PYS


Michel et Xavier MILLION-ROUSSEAU


Château RASQUE


BARDY-CHAUFFERT


Louis ROEDERER


Domaine de la COMMANDERIE


VIEUX CHATEAU des ROCHERS


Domaine Michel PRUNIER et Fille


Château de COUDOT


Domaine de BARROUBIO


Château BARRÉJAT


Château VIEUX TOURON



EARL FREY CHARLES ET DOMINIQUE


DOMAINE MOULIN DU POURPRÉ


CHAMPAGNE VAUTRAIN-PAULET


SCEA CHATEAU CAILLIVET


SCEA CHATEAU DAVID


DOMAINE ALARY


CHÂTEAU FILLON


DOMAINE DE BELLEVUE


CHATEAU HAUT-SAINT-CLAIR


CHATEAU DE LA BRUYERE


DOMAINE DU CHALET POUILLY



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales